LE BILAN NEUROPSYCHOLOGIQUE

Une démarche bienveillante pour se connaître mieux 

 

Qui réalise le bilan neuropsychologique?

Un bilan neuropsychologique ne peut être réalisé que par un psychologue spécialisé en neuropsychologie. 

Le psychologue spécialisé en neuropsychologie a effectué cinq années d’étude à l’université. Lors de ses deux dernières années d’étude, il s’est spécialisé dans l’étude du fonctionnement cérébral qui s’exprime à travers les fonctions cognitives suivantes: le langage, l’attention, les fonctions exécutives, la mémoire, les praxies, et les gnosies. C’est la raison pour laquelle il est qualifié de neuro-psychologue.

En quoi consiste le bilan neuropsychologique? 

Le bilan est réalisé à partir d’un ensemble de tests et de questionnaires. Les tests sont des exercices variés, pour la plupart protégés et qui vont être effectués selon des modalités bien définies au départ. Des centaines de personnes ayant des caractéristiques proches de celles du patient, ont effectué ces tests de manière à établir une norme. 

Cette norme est une sorte de référence, de résultats attendu. Lors de a passation du bilan neuropsychologique, le patient n’est pas jugé. Il est évalué. Pour établir le bilan neuropsychologique, le psychologue prend en compte les résultats obtenus, qu’il compare aux résultats attendus et grâce à un traitement statistique, il va pouvoir indiquer si le patient a un fonctionnement dans la norme, au dessus ou au dessous, au bien au niveau pathologique, c’est à dire à un niveau qui nécessite une prise en charge. 

Etablir le niveau statistique de fonctionnement du patient ne demande pas une expertise très poussée. Ce qui va caractériser le travail du neuropsychologue, c’est son approche clinique. Le neuropsychologue va bien bien évidemment tenir compte des normes qui lui sont données mais il va aussi et surtout, rendre en compte la spécificité du patient, de son histoire médicale, familiale, professionnelle. 

Qui initie la réalisation de ce bilan? 

Un bilan neuropsychologique est effectué souvent à la demande d’un médecin, généraliste ou spécialiste, qui constate une difficulté cognitive, professionnelle ou émotionnelle du patient. Certains bilans neuropsychologiques sont également demandés par la médecine du travail, la médecine scolaire, les enseignants, les professionnels paramédicaux ou bien encore les familles. 

Comment se déroule un bilan neuropsychologique? 

Les tests effectués, la durée du bilan, l’orientation qui lui est donné, dépendent de la difficulté rencontrée par le patient. 

C’est ainsi qu’un bilan neuropsychologique commence invariablement par une séance d’anamnèse, c’est à dire une séance durant laquelle le patient ou sa famille présente l’histoire médicale, familiale, scolaire et/ou professionnelle du patient. Un objectif est défini pour le bilan et le travail du neuropsychologue est d’apporter une réponse à la problématique posée par le patient. 

Le bilan neuropsychologique peut être complémentaire d’un bilan en orthophonie et/ou en ergothérapie et/ou en psychomotricité et/ou en orthoptie. L’orthophoniste est a priori plus centré sur le langage oral et écrit; l’ergothérapeute ou le psychométricien vont aborder le côté moteur du patient tandis que l’orthoptiste établit le bon fonctionnement neurovisuel du patient. 

Le bilan neuropsychologique peut être effectué pour un enfant, un adolescent, un adulte ou un senior. Bien évidemment, les tests utilisées seront différents. On distingue 4 grands types de bilans:

  • un bilan neuropsychologique d’efficience, plus qu’un test de QI: ce bilan peut être réalisé à tout âge grâce à la WPPSI ou la WISC ou la WAIS, pour des personnes dont on pense qu’elle ont un haut potentiel.Ces outils sont utilisés depuis plus de cents ans. Ils ont été révisés au fil du temps et permettent d’avoir une bonne approche du fonctionnement cognitif d’un patient. Ils sont indispensables mais non suffisants pour déterminer si une personne présent un haut potentiel. 
  • Un bilan neuropsychologique attentionnel et mnésique: également réalisable par des personnes de tous âges, ce bilan neuropsychologique vient compléter le bilan d’efficience te permet ed déterminer quel est le fonctionnement attentionnel et mnésique d’un patient. Ce type de bilan est particulièrement important pour des patients pour lesquels on suspecte un trouble attentionnel (TDAH), un syndrome dysexecutif, un Sluggish Cognitive Tempo ou un trouble mnésique inné ou acquis. 
  • Un bilan neuropsychologique d’orientation professionnel ou scolaire: à la différence de bilan de compétences ou de bilan d’orientation classique, le bilan neuropsychologique d’orientation, est composé de tests et de questionnaires qui permettent de définir un profil tenant compte des composantes cognitives, psycho-affectives de la personne. 
  • Un bilan neuropsychologique de la mémoire: ce bilan est principalement utilisé chez l’adulte soit dans des situations de traumatismes, crâniens, d’AVC, de dépression ou de longues maladies, soit chez la personne âgée pour déterminer si le vieillissement est normal ou pathologique. 

Et les émotions dans le bilan neuropsychologique? 

Le bilan neuropsychologique ne peut en aucun cas faire l’impasse sur la situation émotionnelle du patient. Cette dernière est évaluée à travers les divers entretiens prévus tout au long du bilan et également à travers l’usage de questionnaires variés. 

Les émotions ont un effet direct sur la capacité du patient à utiliser ses compétences cognitives. Un bilan réalisé lors d’une période de stress, de dépression ou de deuil par exemple, donnera certainement des résultats différents de ceux obtenus par la même personne lors d’une situation émotionnellemement neutre. Le fonctionnement cognitif peut également apporter des informations importantes sur le fonctionnement émotionnel d’une personne. Ainsi, par exemple, les difficultés langagières d’une personne pourront parfois venir expliquer les difficultés relationnelles d’un personne et aussi sa souffrance et son sentiment d’isolement. 

Quels sont les résultats d’un bilan neuropsychologique? 

Le bilan neuropsychologique va permettre d’obtenir une photographie du fonctionnement cognitif et émotionnel de la personne. C’est un petit peu comparable à une prise de sang. Un certain nombre de résultats chiffrés sont indiqués dans le bilan et le patient est positionné par rapport à ce qui est attendu. Cependant, le travail du neuropsychologue consiste à  interpréter ces résultats en fonction de ce qu’il a constaté au fil du bilan et en fonction de l’histoire et de la problématique du patient. 

En fin de parcours, le bilan permet d’établir des préconisations afin de proposer les meilleures solutions possibles à la problématiques du patient. Les préconisations peuvent concerner:

  • la mise en place d’un projet scolaire personnalisé: que ce soit à travers les PAP, PPRE, PPS ou une scolarisation à temps partiel ou bien encore un glissement anticipé vers la classe supérieure. 
  • Une guidance parentale/familiale destinée à aider les parents, la famille à mieux comprendre le fonctionnement de la personne considérée et peut être à pouvoir adapter les us et coutumes familiales de façon à ce que les relations s’apaisent et se bonifient au sein du groupe. On peut prendre exemple classique: dans de nombreuses familles, des enfants porteurs d’un TDAH sont considérés comme fainéants alors qu’ils sont simplement en surcharge cognitive. 
  • La planification de bilans complémentaires ou la réorientation vers d’autres professionnels tels que des orthophonistes, des ergothérapeutes, des orthoptistes, des orthopédagogues, des psychométriciens…
  • La mise en place d’un suivi psychologique et/ou d’une remédiation cognitive.

Dans tous les cas, les résultats et les préconisations ne sont jamais des notes, qui induiraient un jugement de la personne bilantée. Le bilan est toujours bienveillant et doit être vu comme un outil destiné à favoriser la compréhension et la mise en place des solutions les plus adaptée au profil du patient et donc les plus efficaces possibles.